10 jours en Equateur : Guayaquil, Baños, 4 jours dans la jungle près de Tena et Quito

Après en avoir pris plein les yeux au Pérou, nous nous dirigeons vers l’Equateur ! Si vous n’avez pas lu notre article sur le Pérou, le voici ici.

L’équateur est coincé entre la Colombie et le Pérou. Le bon côté c’est que les distances entre les villes sont courtes. Pas de bus de nuit ! Ouf !! Après 3000km en bus à remonter l’Amérique du Sud, on sature des nuits dans le bus ! La monnaie est le dollar US. Les prix sont plus chers qu’au Pérou. Autre particularité, on sent que la sécurité est un sujet important ici. Il y a des caméras partout, à commencer par deux dans le taxi 🙂 Les policiers sont aussi en nombre. Et comme d’habitude, on nous dit de faire attention à nos affaires. On ne s’est pas particulièrement senti en danger. Par contre, il faut bien faire attention à ses affaires dans les bus et dans les grandes villes (Guayaquil et Quito notamment). L’Equateur est le pays idéal pour commencer à voyager en Amérique du sud, tout est simple, les équatoriens sont toujours prêts à rendre service et on n’est jamais loin de la destination suivante!

Nous n’attendions pas grand chose de l’Equateur, ce pays n’était pas sur notre liste de départ, mais ça nous a bien plu ! Ce pays est comme un condensé de l’Amérique du Sud. Des paysages variés : la jungle, l’océan, des animaux sur les îles Galapagos, la montagne avec la région centrale des volcans, des villes coloniales… On jongle donc avec toutes nos tenues (soit environ 2 😀 )

Nous aurions vraiment voulu rester plus longtemps dans ce pays, à la place on passe plus de temps en Colombie pour les fêtes de fin d’année.

L’itinéraire :

  • 2 jours à Guayaquil pour les iguanes, et la belle ballade le long du fleuve
  • 2 jours à Baños pour la cascade Paillon del Diablo, la balançoire et le côté relax de la ville
  • 4 jours dans la jungle proche de Tena pour une expérience inoubliable dans la jungle
  • 2 jours à Quito pour ses rues escarpées et ses belles églises

Guayaquil

Après 21h de bus depuis Trujillo, nous arrivons (enfin!) à Guayaquil. Nous avons retrouvé nos copains allemands dans le bus rencontrés lors de la rando de la laguna 69. On partage un taxi pour se rendre à l’hôtel. Comme d’habitude, le taxi roule vite, très vite et on n’a pas de ceinture… Par contre il y a deux caméras! On n’a pas la même définition de sécurité, ça doit être ça ! 😀

Visites de Guayaquil :

  • Ballade sympa le long du fleuve Guayas. Promenade toute neuve et safe, un policier tous les 100m (littéralement)
  • Un parc au centre de la ville rempli d’iguanes. Ils ne sortent pas du parc qui sert de rond point. Étonnant à voir !
  • Une belle vue depuis le phare du quartier Piña. Pareil, un policier tous les 100m. Chaque fois qu’on passe un policier, il prévient le suivant par radio que des touristes arrivent. On se dit qu’il a dû se passer des choses dans ces petites rues… On a trouvé ce quartier calme et les autres voyageurs rencontrés ont eu la même impression !

Pratique : Attention à ne pas retirer d’argent la nuit – certains voleurs n’hésitent pas à suivre les touristes jusqu’à leur hôtel…

Hotel Rio Guyas près du marché, chambre triple avec ventilo 18$ – OK mais on aurait pu trouver mieux.

Bus de Guayaquil à Baños : 10$ – 6h de bus – attention certains bus n’ont pas de toilettes.

2 – Baños

En route pour Baños ! Cela signifie « les toilettes » en Espagnol. En achetant les billets, on demande s’il y a des toilettes à bord et d’un coup le gars du guichet se met à rire et ne comprend plus si on parle des toilettes du bus ou de la destination 😀

Bref après un « petit » 7h de bus, nous arrivons à Baños ! C’est la ville des sports extrêmes. On peut louer des buggy (sorte de quad), des moto cross, faire du rafting, il y a de quoi faire ! On a voulu faire du buggy mais on nous a dit qu’on pouvait pas monter les côtes avec donc on a passé notre tour. Baños est une ville fêtarde avec des chivas partout ! Les chivas sont des camions entièrement ouverts et aménagés avec des sièges à l’arrière, des énormes enceintes et beaucoup de néons. En bref, ce sont les jacky de l’Amérique du Sud. 🙂 Baños est super bruyant à cause de ces chivas qui traînent les touristes toute la nuit autour de la ville!

Visites de Baños :

  • Visite du centre ville : une place centrale avec les abuelitos (« les seniors ») qui discutent, le marché avec du cochon d’inde à la broche, une partie de billard à l’hostel et un super petit dej pour bien démarrer la journée 🙂 Autre  expérience à Baños : une hollandaise de notre dortoir était exhibitionniste pour le grand bonheur des argentins (et de Raff) 😀
  • Casa del arbol : petit « parc d’attraction » situé en haut d’une montagne où l’on peut faire de la balançoire avec un volcan à 5000m derrière, le Tungurahua. C’est pour les enfants mais c’est quand même sympa…!
  • La route des cascades : après avoir lu plusieurs blogs, nous avons décidé d’aller voir la cascade la plus impressionnante : Pailon del Diablo. Il est possible d’y aller en vélo mais on le recommande pas, sauf si vous aimez vous faire doubler par un 33t dans un virage 🙂 La cascade est magnifique et il est même possible de passer derrière la cascade, le flot d’eau est impressionnant !

Nous partons ensuite pour Tena, ville à la limite de la forêt amazonienne. D’après nos lectures, c’est l’un des endroits les plus accessibles d’Amérique du Sud pour rejoindre la jungle. On a trouvé grâce aux blogs l’adresse de César, qui accueille des touristes pour faire découvrir la communauté de Campococha.

Pratique : Hostal Plantas y blancos : lit dans un dortoir de 8, propre, confortable, bon internet avec billard, salle Netflix, terrasse… 17$ la nuit Prévoir les boules quies car la ville de Baños est bruyante.

Colectivo pour La Casa del arbol : 2$ – arrêt indiqué sur Maps me. Entrée casa del arbol : 1$

Colectivo pour la cascade Pailon del Diablo : 1$ – Entrée cascade : 1,5$. Prendre un imperméable si vous voulez aller derrière la cascade. (chemin à droite avant le pont puis chemin qui part sous le roche à droite – beaucoup de monde l’emprunte)

Super petit dej (photo ci-dessus) : Honey sur la place principale

3 – 4 jours dans la communauté de Campococha dans la jungle proche de Tena

Après 1 heure de bus dans les chemins de terres, nous arrivons dans la communauté de Campo Cocha et plus précisément à las Cabañas. César n’est pas là mais Gallo, un de ses voisins nous accueille, sa femme nous fait à manger alors qu’on mourait de faim (et qu’on osait rien dire) et nous passons l’aprèm entre hamac et notre chambre sommaire en attendant César. Il arrive enfin dans la soirée et nous pouvons commencer à parler du programme des 3 prochains jours : 2 jours et une nuit dans la jungle et une journée mixte communauté/activité sur la rivière car nous n’arrivions pas à nous décider 🙂 Une séance de confection de chocolat à partir de fèves sèches est aussi au programme 🙂 *miam*

  • 1er jour : départ pour 2 jours dans la jungle avec notre guide Gallo et 2 américain volontaires. On nous donne des bottes assez hautes pour franchir les rivières et éviter les ennuis avec les serpents et insectes. On se demande bien ce qu’il nous attend ! 🙂
    • Nous commençons par marcher 1h avant de nous enfoncer dans la jungle. L’air est chaud mais supportable, on apprend que la fin d’année est l’une des périodes les moins chaudes dans la jungle équatorienne. Bon on eu de la chance ce coup là ! Gallo, notre guide a l’habitude de la forêt, il a toujours une anecdote à raconter !
      • A l’heure du déjeuner, Gallo sort de son sac notre repas enroulé dans les feuilles de bananier, pas de vaisselle, pas de déchet. Sa femme nous a cuisiné du riz et du poulet avec des légumes, un régal!
      • On apprend quel bois choisir pour confectionner une fléchette de sarbacane puis quel plante donne le poison anesthésiant où l’on trempe cette fléchette. Il nous montrera une herbe qui quand l’on souffle dedans imite le cri du bébé toucan et attire les parents toucans. C’est un Mac Gyver de la jungle !
      • Nous arrivons sans nous rendre compte du chemin parcouru au campement situé au bord d’une petite rivière. L’eau est fraîche mais c’est tellement agréable ! Nous enchaînons sur une partie de pêche où Gallo utilisera son tee shirt plein de sueur pour attirer des grosses mouches qui nous serviront ensuite d’appât au bout de la ligne. Bon, c’est pas sexy mais ça marche !
      • La soirée dans la jungle passe vite, 3 autres équatoriens de la communauté nous ont rejoint autour du feu et nous raconte des histoires de serpents, d’araignées et nous parle de leur vie dans la communauté. Au milieu d’une histoire, l’américaine qui était partie se coucher hurle, un équatorien se précipite avec sa machette. Il revient en disant que ce n’était « qu’une tarentule de 10 cm ». Ouf…
  • La nuit dans la jungle, c’est un sacré bazar! Tout le monde s’y met : les oiseaux, insectes, rongeurs, chacun y va de son bruit caractéristique. C’est une expérience unique de réaliser qu’à cet instant précis on entend que les bruits de la nature mais qu’est ce que c’est bruyant ! 😀 Notre campement est plutôt basique : une bâche, un drap dessus et une moustiquaire taille équatorienne. Les pieds de Raff dépassaient donc de la moustiquaire offrant une belle ouverture pour toutes les bêbêtes. On s’en est rendu compte quand d’un coup, je ne voyais plus l’écran de mon portable, une grosse araignée attirée par la lumière cachait plus de la moitié de l’écran. … *gloups*
  • La 2ème journée dans la jungle consiste à rentrer par un autre chemin au village.
    • Nous en avons profité pour goûter des fourmis citron. Elles rentrent par un petit trou dans une branche d’un arbuste puis fabriquent un liquide au goût citronné. Ça a bon gout même si c’est pas très engageant…
    • Nous monterons ensuite jusqu’à un mirador au milieu de la jungle et passeront à côté d’arbre à ananas. Gallo nous a ensuite expliqué les bienfaits de quelques arbres et plantes de la forêts. On se serait cru à la pharmacie… Maux de ventre des enfants, douleurs menstruelles des femmes, maux de tête, difficultés de concentration… les usages de la forêt semblent illimitées. La forêt sert ainsi de magasin : besoin de corde… la forêt, de maquillage… la forêt. Après un tel discours on ne peut que relativiser…
    • La fin de la journée serait destinée à la confection de chocolat, toujours avec Gallo. Le principe est assez simple : faire sécher des fèves de cacao plusieurs jours au soleil, les faire griller au feu de bois, les éplucher pour ne récupérer que le chocolat pur, faire passer ces fèves dans un moulin une première fois puis une deuxième avec du sucre. Selon le talent, vous obtiendrez une pâte bien lisse ou de la poudre. Il ne reste plus qu’à former une tablette et la mettre au frigo. Super simple et vraiment bon !
  • Le 3ème jour, nous le passons avec nos copains Eliette et Guillaume rencontrés la veille à las Cabañas.
    • La journée commence par une visite à l’école maternelle de la communauté. Nous jouons avec les enfants (ils adorent les puzzles) et ils nous chantent des chansons. On perçoit qu’ils ne voient pas des touristes tous les jours et on apprécie d’autant plus ces moments passés avec eux.
    • Nous continuons ensuite par la visite d’un refuge d’animaux. Le gouvernement équatorien a interdit il y a quelques années le fait de posséder chez soi des animaux sauvages. En conséquent, de nombreux animaux ont été abandonnés ou saisis puis accueillis au refuge. Certains oiseaux ont eu les ailes coupées pour les empêcher de s’échapper, d’autres n’ont pas appris à chasser et enfin certains ont des réactions violentes lorsque une femme brune habillée en noire vient nettoyer leur cage avec un balai- chacun son traumatisme…
    • L’activité suivante est moins intéressante : une femme réalise une poterie devant nous et nous désigne la boutique… Pas notre truc… et on a failli s’endormir sur le banc… Faut dire que la nuit dans la jungle a été courte…
    • Nous irons ensuite nourrir des caimans et tester notre adresse à la sarbacanne après avoir fabriqué une flèche dans la jungle la veille!
    • Nous rentrons déjeuner et l’aprèm s’enchaîne : nous descendons le fleuve Napo en radeau en compagnie de César. On lui avait demandé à notre arrivée si c’était possible et il s’en est souvenu. Nous voilà partis sur 4 rondins de bois à descendre le fleuve, tantôt sur le radeau, tantôt en nageant à côté. On a adoré !
    • En route, nous nous arrêtons sur le bord de la rivière pour rejoindre une famille qui cherche de l’or. Une partie des familles de la communautés vit de la vente de quelques grammes d’or. On nous montre d’abord la méthode traditionnelle avec le plateau en bois que l’on plonge régulièrement dans l’eau. Puis, la méthode moderne qui consiste à remplir un récipient de sable. L’or viendra ensuite se coller contre un tapis, le sable et autre cailloux retomberont dans l’eau.
    • Nous rentrerons ensuite en radeau à las cabañas et referont du chocolat avec César et les nouveaux arrivants. Parmi ces nouveaux arrivants, il y a une belge qui a littéralement peur de toutes les bêtes de la jungle. *Pas le bon endroit* On entend encore son cri lorsqu’elle a aperçu une tarentule dans le toit au dessus de sa tête. La photo de la bête ci-dessous :

En conclusion, cette expérience de 4 jours à la Cabañas de César restera dans nos mémoires pour longtemps. Pourquoi? Nous avons pu entrevoir le quotidien de la communauté de Campococha. Gallo, notre guide les deux premiers jours a rendu ce séjour inoubliable par son savoir, sa simplicité et son ouverture d’esprit. En plus de ça, on a bien mangé, tout était frais et toujours différent. Bonne ambiance.

Nous prenons ensuite la route de Quito pour notre dernière étape en Equateur. Encore une ville en altitude !

Pratique : Site internet des cabañas : ici

Joindre César par mail : nanambiiki@hotmail.com

Venir aux depuis Tena: prendre le bus de la compagnie Centinela ou Jumandy direction Santa Rosa / Colonia los rios et descendre au second arrêt du village de Campo Cocha (demander au chauffeur) Durée du voyage : +/- 1h30. Coût : 2$. Prendre le chemin sur la gauche et marcher vers le fleuve) : +/- 15 min. Les cabanes sont les dernières maisons, sur la gauche.

Les prix : 140$ par personne pour 3 jours d’activités + arrivée la veille et départ le jour suivant la fin des activités. Tout le programme peut être adapté.

A emmener : médicaments contre le paludisme, répulsif moustiques et insectes (nous en avions mais nous sommes quand même fait piquer et les piqures grattent des semaines)…

4 – Un week end à Quito

Nous arrivons à Quito le soir et cette ville ne nous donne pas bonne impression. On a un sentiment d’insécurité. Il est samedi soir et la ville est plutôt alcoolisée… Nous rentrons dans l’hôtel le plus proche pour ne pas traîner trop longtemps avec nos gros sacs. L’hôtel est simple, pas de fenêtre et une salle de bain partagée (très commun en Amérique du Sud). Le lendemain, dimanche, l’ambiance de la ville n’est plus la même. Des familles ont envahi la ville et se promènent dans les rues piétonnes. Nous attendrons une demi heure pour accéder au distributeur de billets, le dimanche, la plupart sont vides, il faut donc attendre et espérer qu’il y aura suffisamment de cash pour tout le monde.

Nos visites à Quito :

  • Montée dans le quartier San Blas pour admirer la vue (et déjeuner!)
  • Visite de l’église de San Francisco, la place centrale et la Ronda (rue avec des restos touristiques)

Notre séjour à Quito était probablement trop court pour pouvoir apprécier cette ville. Il faudra revenir pour notamment apprécier les randonnées, lagunes et le marché d’Otovalo.

10 jours en Equateur est trop court. Ce pays n’était pas sur notre liste au début et pourtant il a toute sa place dans nos souvenirs. Nous avons adoré notre expérience dans la jungle chez César.

Notre top/flop

Le top : 4 jours dans la jungle

Le flop : les prix plus élevés que dans les pays limitrophes

Le Budget

Vidéo

10 jours en Equateur : Guayaquil, Baños, 4 jours dans la jungle près de Tena et Quito

Un commentaire sur “10 jours en Equateur : Guayaquil, Baños, 4 jours dans la jungle près de Tena et Quito

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *